French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Actualités

"Alerte sur la politique de l’eau en France !

10 propositions de la Fédération Des Moulins de France aux candidats à l’élection présidentielle.

La Fédération Des Moulins de France a fait parvenir aux candidats les propositions qui semblent pertinentes dans l'intérêt des moulins. Ces mêmes propositions seront à diffuser et expliquer aux candidats aux législatives. Un tract a été imprimé à cet effet et sera disponible pour tous ceux qui souhaiteraient en faire bon usage.

Consulter les propositions

Souscription "Mémoire du Lançoir"

Info de :

Benoît CHERRIERE
Guide-Animateur
Association Le Lançoir
Défilé de Straiture
88230 BAN / MEURTHE - CLEFCY
Tél.: 03.29.50.45.54
Mail: lancoir@gmail.com
Site: http://lelancoir.free.fr

Nous lançons une campagne de souscription concernant une œuvre réalisée
par Claude Janel, Jean Romain, Roger Durand, Béatrice Perrin, René
Grandjean et Francis Cuny.
La Scierie du Lançoir publie "Mémoire du Lançoir", des écrits posthumes
de Jean Durand complétés par Roger Durand et Jean Romain.
Illustrations réalisées par Francis Cuny et René Grandjean.

bulletin de souscription

Don pour Moulin de la Forte Maison

Un petit coup de pouce pour la restauration du moulin de la Forte Maison situé à Saint-Prest (Eure-et-Loir)

Le moulin de la Forte Maison est un moulin à eau dont la roue est arrêtée depuis une dizaine d'année. La réparation de la vanne usinière (vanne qui se trouve devant la roue et qui régule la vitesse de la roue) est faite. La structure de la roue est saine. Il ne reste que la mise en peinture antirouille de la roue et surtout l'achat du bois nécessaire pour les 56 aubes de la roue.

Ce doit être du chène vert, sans aubier, sans noeuds ou noeuds sains tolérés mais pas dans les extrémités, frais de sciage, abattu lune descendante...enfin bref du bois rare et donc onéreux, c'est à dire aux environs de 1000€ le m3.

Les besoins sont de 5 m3 soit environ 5000€ mais après le remplacement de la vanne usinière, nous n'avons plus la trésorerie pour acheter le bois. C'est un patrimoine précieux et un moulin à eau avec une roue qui ne tourne plus n'est plus vraiment un Moulin.

Le financement va permettre d'acheter le bois nécessaire (un peu plus de 5m3) et de le faire couper au bonnes dimensions, c'est à dire 112 planches ep30, l 300, L 4000 et 56 planches ep30, l 20,L 4000.

Les devis actuels oscillent autour de 5 000€.

Vous pouvez vous rendre sur le site Ulule pour proposer vos dons :

https://fr.ulule.com/roue-du-moulin/

Edith et Jean-Louis Villiers, membres de la Fédération Des Moulins de France
74 Rue de la Forte Maison, 28300 Saint-Prest
02 37 83 40 27

Yonne : leur vieux moulin produit de l'électricité

ALLYTECH-EROT1007F006001501

Premier moulin à bénéficier d’un contrat H16, équipé par Allytech. :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/yonne/yonne-leur-vieux-moulin-produit-electricite-1212013.html

 

Il s’agit d’une roue par-dessus qui produit 4 kW en régime normal.

Ce que le reportage ne dit pas, c’est que les essais en fonctionnement réels et les observations permises par l’armoire ont conduit le meunier à améliorer son canal d’amené pour gagner 25% de puissance moyenne.

Clement Van Straaten - 06 08 35 46 00

Le patrimoine industriel : étudier, conserver et valoriser les machines

Géraud Buffa,
Service Patrimoine, Traditions et Inventaire général - Direction de la culture
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Adresse postale : Hôtel de Région, 27 place Jules-Guesde, 13481 Marseille cedex 20
Adresse physique : 13 Bd de Dunkerque, 13002 Marseille
Tel : 04 88 73 80 50,

nous communique le programme de la formation I2MP (organisme de formation regroupant l’INP et le MUCEM) organisé sur les machines : « Le patrimoine industriel : étudier, conserver et valoriser les machines ».à l'initiative de Paul Smith et Géraud Buffa
Cette cession durera trois jours et se déroulera à Marseille, au MUCEM, les 21, 22 et 23 juin prochains.
La formation s’adresse à tous les professionnels du patrimoine, dans les domaines de la conservation, de la restauration, de la gestion, ou encore de la médiation.

Programme à consulter

Le Monde des Moulins N°60

60cEdito

« Quand le passé n’est plus vivant, il n’y a pas non plus de futur. » (Philippe Sollers)

Le patrimoine comme... héritage !

La langue anglo-saxonne ne connaît pas le terme « patrimoine » et emploie le substantif « héri-tage ». Il me semble que cette idée d’héritage s’accorde bien avec la vision que nous avons de cet objet patrimonial qu’est le moulin. Comment ne pas considérer comme un héritage ce foisonnement d’évolutions techniques et technologiques, cette richesse d’usages multiples et variés qui ont été au cœur de l’économie préindustrielle, cette mine de savoir-faire, de pratiques sociales, de traditions orales qui accompagnent l’histoire des moulins à eau et à vent !

Le contexte actuel de la restauration de la dite « continuité écologique » sur nos rivières a fait prévaloir la seule vision environnementale aux dépens d’une vision plus équilibrée prenant en compte l’importance patrimoniale des moulins à eau et la dimension historique de la rivière. Focalisée sur l’aménagement des sites hydrauliques à grands coups de dépenses et de solutions techniques irréalistes et aux conséquences pas suffisamment analysées, notre administration a négligé que la rivière avait une histoire. Ports, digues, pêcheries, moulins, retenues, habitats ont façonné au cours des siècles le paysage des cours d’eau... Ces traces humaines sont autant de signes que l’illusion d’un retour à une rivière dite sauvage ne doit détruire ! Si la place des environnementalistes est indispensable pour traiter l’écologie de la rivière, archéologues et historiens sont autant légitimes pour intervenir dans tout projet. Il est anormal que les bureaux d’étude en charge de préconisations ne soient composés, dans la plupart des cas, que de personnels essentiellement environnementalistes. Les travaux que nous avons menés au sein du groupe de travail « Moulins et continuité écologique » au Ministère de la Culture et avec le Ministère de l’Environnement ont abouti à la réalisation d’une fiche technique d’évaluation de la valeur patrimoniale des moulins qui serait imposée à tout projet d’aménagement d’un site dans le cadre de la restauration de la dite continuité écologique. Nous ne pouvons que nous féliciter du soutien du Ministère de la Culture dans la vision patrimoniale des moulins souvent mise en péril par les aménagements dont nous sommes témoins. Attendons cependant de voir quelles consignes seront données pour que les choses évoluent dans le bon sens sur le terrain.
Sur le plan législatif, des avancées aussi, puisque la loi sur l’autoconsommation d’électricité et la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables a pris en considération la petite hydroélectricité des moulins. L’article adopté le 15 février 2017 (L.214-18-1) fait que les moulins existants produisant ou voulant produire de l’électricité, sur les cours d’eau classés en Liste 2, soient dispensés des règles d’aménagement définies par l’autorité administrative. Restons vigilants, les décrets d’application et les circulaires seront importants à consulter.
Que les moulins aient à voir ainsi avec la transition énergétique conforte le discours que nous avons toujours tenu devant les parlementaires et le Ministère de l’Environnement. Remercions les sénateurs et députés qui nous informent de l’évolution des textes après avoir été à l’écoute de nos positions.
Au-delà des soucis liés aux moulins à eau, la vie de la Fédération continue de plus belle avec des rendez-vous importants : les Rencontres de la FDMF en avril, à Niort, les Journées Européennes des Moulins et du Patrimoine Meulier en mai, et le Congrès en Mayenne au mois de
juin !
Ce sera un plaisir de nous retrouver à ces diverses manifestations et de continuer à construire ensemble un avenir pour nos moulins !

Alain Eyquem

 

Découvrez les numéros déjà parus...

S'abonner au Monde des Moulins...

Visitez un moulin à vent traditionnel en Provence tous les dimanches (Allauch, Bouches- du-Rhône)

Allauch, de par sa situation géographique et son exposition au vent, accueille depuis le 12e siècle des moulins à vent bâtis dans la tradition provençale.
Ces moulins, prospères jusqu’à la fin du 18e siècle, ont cessé de moudre le blé à l’aube de l’ère industrielle.
En 1900, ayant perdu leurs ailes, ils furent réduits à la fonction de granges à paille.
Aujourd’hui, deux moulins sont restaurés :
le Moulin Camoin, rénové en 1936 pour son gros œuvre et en 1970 pour le toit et les ailes, et le Moulin Louis Ricard, restauré intégralement avec son mécanisme en 2013. Seul moulin à vent du bassin marseillais à fonctionner, il peut aujourd'hui moudre le blé comme autrefois.
Les moulins d’Allauch sont un élément majeur de notre mémoire collective. On ne peut concevoir Allauch sans ses moulins.

Le Moulin Louis Ricard est ouvert tous les dimanches de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00.
Groupes sur réservation uniquement : moulinricard@allauch.com

Par petits groupes, le meunier vous conte l'histoire des moulins et vous explique la transformation du vent en force motrice et du blé en farine.
Une démonstration complète (ailes en mouvement) ne sera possible qu'en présence d'un vent suffisant.

042017-actu4

Moulin Ricard- Esplanade Frédéric Mistral - 13190 Allauch- http://www.allauch.com/news.php5?actu=791

L’eau du Moulin Noir va produire de l’électricité (Champigneulles, Meurthe-et-Moselle)

Une mini-centrale électrique respectueuse de la faune aquatique va voir le jour sur la Meurthe, à hauteur du lieu-dit Entre-Deux-Eaux.
Rade Pétrovic va enfin réaliser son rêve. Cela fait neuf ans qu’il emprunte les méandres de l’administration et contourne les diverses tracasseries. Cette fois, son dossier est complet. Son chantier de construction d’une centrale hydroélectrique sur la Meurthe est lancé.
« Le dossier a débuté en avril 2007 », explique le PDG de Hydrocité SAS, une société de Bouxières-aux-Dames qui assure la maîtrise d’ouvrage, associée pour la circonstance avec Bernard et Bonnefond, de Saint-Étienne, pour la fourniture d’un alternateur basse tension. La société va implanter un outil permettant le développement d’une prise d’eau ichtyocompatible de seconde génération, pour la production d’énergie renouvelable décarbonée. En clair, la centrale permettra de capter l’énergie de l’eau pour fabriquer de l’électricité.
Site pilote : ce site pilote est situé à hauteur du lieu-dit Entre-Deux-Eaux, sur la Meurthe, près du Moulin Noir, sous la passerelle traversant la rivière. « Nous avons acquis 1500 m² de terrains côté Champigneulles », explique le dirigeant. « Le projet a été mené à son terme grâce à Claude Hartmann. Nous allons utiliser une technique dite ichtyocompatible, c’est-à-dire que le concept épargne la faune des lieux. Le dégrilleur qui sera installé est doté de trous oblongs de 20 mm
de diamètre, bloquant ainsi les poissons ou permettant leur passage, un système unique dans le monde. Nous allons
installer un alternateur basse vitesse (100 t/mn) qui nous permettra de produire 500 kW/h à 400 volts, de quoi alimenter une centaine de maisons. L’électricité fournie sera vendue à EDF. Cela représente un investissement important, de l’ordre de 2,2 millions d'euros. Le bâtiment lui-même représente environ
400 m² de superficie. Les travaux vont débuter dès cette semaine pour se terminer à l’été 2017. Nous allons produire 500 KW/H à 400 volts ».

Article de l'Est Républicain du 8 décembre 2016, non signé

Moulin restauré (Flixecourt, Somme)

Le moulin à vent, le "Moulin Basile", est situé à la sortie de Flixecourt en direction d’Amiens, le long de la RD1001. Il a été construit vers 1776. De cet ancien moulin à vent, à l’abandon, il ne reste aujourd’hui que la tour ronde en pierre de taille blanche. Cette tour sera rénovée, la charpente et la toiture conique seront refaites à l’identique de l’original, des ailes seront posées, les abords seront réaménagés, ainsi que l’intérieur de l’édifice. Cette restauration est avant tout visuelle. « Ce moulin constitue la première image d’entrée dans la ville », rappelle René Lognon. Mais l’objectif est aussi d’en faire un lieu animé par un point d’information touristique.

042017-actu3

Illustration : Marc ROUSSEL - Wikimedia Commons

Extrait d'un article paru dans Le journal d'Abbeville sous la plume d' Olivier Bacquet

Sept mois après leur inauguration, les ailes du moulin ne tournent toujours pas (Boeschèpe, Nord)

Malgré leur rénovation et leur inauguration, en juin, les ailes du moulin emblématique de la commune, financées en partie grâce à des dons, n’ont toujours pas tourné.
Le Moulin Ondankmeulen ou Moulin de l'Ingratitude, flambant neuf, attend le bon vent pour mettre ses ailes en action. Un moulin qui porte bien son nom ?

042017-actu2
L'Ondankmeulen (le Moulin de l’Ingratitude) et l’arrière de l’estaminet «De Vierpot» (le pot à braise) à Boeschepe (Nord, France) CC BY-SA 3.0 wikipedia

Info lue dans la Voix du Nord et publiée le 3 janvier 2017 par Patrick Patou

L'histoire : cent ans après, la roue de Faucillon tourne de nouveau (Saint-Hilaire des Landes, Ille-et-Vilaine)

À Saint-Hilaire-des-Landes, Bernard Chevallier et son épouse Gisèle habitent depuis plus de trente ans au Moulin de Faucillon. Le bâtiment remonte au moins au XVe siècle.
« C’était ce qu’on appelait un moulin banal, utilisé par la seigneurie de Tréal » souligne Bernard Chevallier. Parole d’expert : il est le président du Club d’histoire Entre Everre et Minette.
La Minette, justement : c’est l’affluent du Couesnon qui coule à Faucillon. D’autres documents l’attestent : le moulin y a tourné jusqu’en 1916, puis la meunerie a été abandonnée, comme dans des centaines de moulins partout en France. Pendant des décennies, le silence a succédé au bruit chantant de l’eau brassée.
Pas loin, le saumon remonte
Une fois à la retraite, Bernard Chevallier s’est attelé à un vieux projet : réinstaller une roue sur le moulin. Mais au XXIe siècle, la chose n’était pas si aisée. « Déjà au début des années 70, l’aménagement foncier avait failli détruire le bief qui alimentait le moulin » explique Bernard. L’époque était au calibrage des cours d’eau. Tant pis pour la poésie. « Heureusement, en 1976, mon beau-père a réussi à sauver ce bief. »
Beaucoup plus tard sont arrivées d’autres injonctions administratives. « La loi sur l’eau et les milieux aquatiques, et la loi sur la continuité écologique promouvaient notamment la remontée des poissons en amont des cours d’eau. Ici, c’est le cas des saumons et des anguilles. Et beaucoup de moulins ont dû détruire ces biefs… »
À Faucillon, une autre solution a pu être trouvée, en partenariat avec le Syndicat Loisance-Minette. Le bief a été maintenu, mais Bernard Chevallier a aménagé une échelle à poissons qui leur permet de poursuivre leur remontée sans problème vers l’amont. Le début d’une série de travaux importants, que le jeune retraité a débutés en 2014. Ou comment un directeur de piscine se transforme en aménageur de moulin.
Une roue de deux tonnes
Les 350 mètres de bief de Faucillon ont été curés, désenvasés et nettoyés. Des vannes de décharge ont été installées juste avant la roue, pour réguler d’éventuelles crues. La nouvelle roue pèse deux tonnes, avec huit rayons et trente-deux pales de chêne de pays et d’azobé (un bois exotique idéal pour les rayons). Les premiers tours de roue ont été effectués dans les tous derniers jours de 2016. Une date importante, pour marquer le centenaire de la roue précédente.
Prochaine étape : l’axe de la roue est prêt à accueillir une génératrice, qui pourra fournir de l’électricité à la maison voisine. « Si tous les moulins de ce genre en France étaient équipés de roues, cela équivaudrait à deux tranches de réacteur nucléaire » sourit Bernard Chevallier, dont la sensibilité écologique n’est plus à démontrer.

Article vu dans Chronique Républicaine, publié le 25 janvier 2017 par Hervé Pittoni

Colloque International Interdisciplinaire : l'énergie des marées hier, aujourd'hui, demain (Rennes)

Ce colloque aura lieu du 20 au 22 juin 2017. Il comprendra deux journées de communications à l’École Nationale Supérieure d'Architecture de Bretagne et à l'Université de Rennes 1, et une journée de visite sur l'estuaire de la Rance. Ce colloque est organisé par le Groupe de Recherche sur l'Invention et l’Évolution des Formes (GRIEF), l’École Nationale Supérieure d'Architecture de Bretagne et le Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire (CReAAH), UMR 6566, Université Rennes 1.

042017-actu1

Renseignements : Ewan SONNIC
ewan.sonnic@rennes.archi.fr 02 99 29 68 32
ou Laëtitia BOUVIER - laëtitia.bouvier@rennes.archi.fr
02 99 29 61 61
ENSAB - 44 Bd de Chézy - 35000 RENNES, France

Les propriétaires de moulins réclament un moratoire sur la circulation des poissons

Interview de Christian Peron par Nathalie Fontrel de France Inter!


Bien la Fdmf!

Les propriétaires de moulins réclament un moratoire sur la circulation des poissons sur https://www.franceinter.fr/emissions/planete-environnement/planete-environnement-02-mars-2017

Pour plus de découvertes :
- Visite Les propriétaires de moulins réclament un moratoire sur la circulation des poissons
- Suis @franceinter sur Twitter : https://twitter.com/nathaliefontrel

Loi sur l’autoproduction d’électricité et la production d’électricité

Un article de  loi important pour les moulins concernant l’autoconsommation d’électricité...

Nouvel article L.214-18-1 :

« Les moulins à eau équipés par leurs propriétaires, par des tiers délégués ou par des collectivités territoriales pour produire de l’électricité, régulièrement installés sur les cours d’eau, parties de cours d’eau ou canaux mentionnés au 2° du I de l’article L 214-17, ne sont pas soumis aux règles définies par l’autorité administrative mentionnées au même 2°. Le présent article ne s’applique qu’aux moulins existant à la date de publication de la loi n° du  ratifiant les ordonnances n°2016-1019 du 27 juillet 2016 relative à l’autoconsommation d’électricité et n°2016-1059 du 3 août 2016 relative à la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables et visant à adapter certaines dispositions relatives aux réseaux d’électricité et de gaz aux énergies renouvelables ».

La Fédération étudie les conséquences de cet article  et en informera ses adhérents.

Dans un premier temps nous vous indiquons ci-après les commentaires pertinents d’OCE, un de nos partenaires pour la demande de Moratoire.

http://continuite-ecologique.fr/moulins-en-l2/

Les moulins producteurs (OCE), à lire

Puissance maximale moulin fondé en titre

 
 
Dans un arrêt important, le Conseil d'Etat a confirmé que la puissance hydraulique d'un ouvrage fondé en titre est bien la la puissance maximale théorique telle qu'elle se déduit du génie civil originel, hauteur de chute et débit maximum, et non pas de la puissance moyenne d'équipements ou de la puissance validée par la DDT pour un équipement qui aurait sous-valorisé le potentiel à une période donnée."
 

Appel à communication conférence internationale Mainz 2017

Appel à communication Conférence internationale Mainz 2017

Dear friends and colleagues,

A Happy New Year 2017 to all!

Please find attached the second circular of the AGSTR-conference 2017 in Mainz, with further details on the conference, registration and abstract submission, which is open from today.

For all information, conference registration and abstract submission, please visit the conference webpage:

http://agstr2017.uni-mainz.de

If you have any questions, please contact Susanne, Stefanie or me (Tatjana) via:
agstr2017@uni‐mainz.de

 We hope to see you in Mainz and are looking forward to many submissions for presentations and posters!

Stefanie, Susanne and Tatjana

 Dr. Tatjana Mirjam Gluhak

 Johannes Gutenberg Universität

 Institut für Geowissenschaften

 Geomaterial- & Edelsteinforschung

 Johann-Joachim-Becher-Weg 21

55128 Mainz

Tel. 06131-39-243670

Fax. 06131-39-23070

conf

 

 

Voeux de la Fédération

DSC05491

Gaspar Van Wittel- Veduta di Verona -Palazzo Pitti. Florence - Cliché Eric Charpentier 31 décembre 2014 (détail)