French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Le Grand Moulin d’Aujac (Charente-Maritime), raconté par Jacques Vol

Nous avons déjà réalisé un reportage sur le Grand Moulin d’Aujac, dans le numéro 31 du « Boutillon de la Mérine » de septembre-octobre 2013. Cette fois, c’est une vidéo que nous vous proposons. Le propriétaire des lieux, Jacques Vol, va nous raconter le fonctionnement du moulin, qui permet de fabriquer une farine de qualité.
Le Grand Moulin est situé dans la région appelée « Pays-Bas saintongeais », au sud de Matha, précisément dans le village d’Aujac. Selon la transmission orale, cette région marécageuse a été assainie sous le Roi saintongeais François 1er, qui fit venir des Hollandais afin de creuser deux canaux à partir de la rivière locale, la Veine froide : le Dandelot, dans la paroisse d’Authon, et l’Aurioux dans celle d’Aujac. Et l’on construisit des moulins sur ces canaux : Bonnet, Guignebourg, le Moulin Blanc, le Moulin Portier, le Moulin Brun etc. Et le Grand Moulin, sur l’Aurioux.
On ne connaît pas la date de construction du Grand Moulin, mais il figure dans la carte de Cassini au 18e siècle. Ce que l’on sait, c’est que la plupart des moulins ont appartenu, après la Révolution Française, à la famille Poitevin, ancêtre de Goulebenéze. En 1862, lorsque Jacques-Marc Poitevin, arrière-grand-père de Goulebenéze, qui était maire d’Authon, partagea ses biens entre ses deux enfants, il légua le Grand Moulin à sa fille Justine, épouse d’Appolin Gautreau. Celle-ci le vendit au sieur Dutemple, qui lui-même le revendit en 1869 à Pierre-Jacques Vol, arrière-grand-père du propriétaire actuel.

201707-aujac1

Moulin d'Aujac - Photo Pierre PERONNEAU et Jacques VOL


Lorsque Jacques Vol et son épouse Mireille devinrent propriétaires des lieux, le moulin ne fonctionnait plus depuis 1951. Alors, Jacques entreprit, avec l’aide d’artisans locaux, de faire les réparations et de le remettre en activité. Ce fut un travail ardu de plusieurs années, car il fallut reconstituer la grande roue, les meules, le blutoir et le reste. Heureusement, l’Association des Amis des Moulins de Charente-Maritime (ADAM 17) et la Fédération des Amis des Moulins de France (FDMF) étaient là pour l’accompagner.

201707-aujac2

201707-aujac3

La roue du Moulin d'Aujac - Photo Pierre PERONNEAU et Jacques VOL

Dans la mesure où il existait avant la Révolution de 1789, le moulin reste « fondé en titre », ce qui lui permet de conserver son activité. Il bénéficie d’un règlement d’eau datant de 1867, qui donne des droits et des obligations au meunier : droits d’utiliser l’eau comme force motrice, pour faire fonctionner le moulin et éventuellement produire de l’électricité ; devoir d’entretenir le cours d’eau et les berges en amont et en aval.
En 2011, tous ces efforts furent récompensés et la grande roue put tourner à nouveau. Depuis, Jacques s’approvisionne en blé de variété ancienne chez un agriculteur bio de Fontaine-Chalandray, et la farine produite est de qualité exceptionnelle. Je peux vous en parler en connaissance de cause, les gâteaux confectionnés avec cette farine n’ont rien à voir avec ceux fabriqués avec une farine du commerce.

Le mieux, c’est d’écouter Jacques Vol parler avec passion de son moulin. Voici le lien : https://journalboutillon.com/2017/02/11/le-grand-moulin-daujac/
Et si vous souhaitez prendre contact avec lui, voici son adresse : jacques.vol@orange.fr Tél : 06 50 71 59 87

Le Boutillon de la Mérine

Le boutillon, c’est un panier, souvent en osier, dans lequel la fermière mettait la volaille qu’elle allait vendre au marché. Et la mérine, c’est la marraine, en patois saintongeais, en référence à la célèbre pièce de théâtre du Docteur Jean, « La mérine à Nastasie ».
« Le Boutillon de la Mérine » est un journal gratuit, diffusé uniquement par le réseau internet. Il a pour objectif de créer un lien, autour duquel se rassemblent les Charentais d’ici ou d’ailleurs. Sur le plan du contenu, on y trouve des histoires, en saintongeais et en français, des récits historiques, et de l’évènementiel. En outre, le fait qu’il soit édité sous la forme internet permet d’y faire figurer de l’audiovisuel.
En réalité, les lecteurs sont situés dans toute la France, et même à l’étranger, et ne sont pas tous des Charentais.

Le journal paraît tous les deux mois. Pour le consulter, voici les liens : http://journalboutillon.com et https://www.facebook.com/journalboutillon

 

Paru dans le Monde des Moulins N°61 - Juillet 2017

Voir la fiche du moulin >>