French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Restauration du Moulin à vent du Chêne

" Redouna daus ales à la Gâtine ", une Association composée d’une équipe dynamique au chevet du Moulin du Chêne, dans les Deux-Sèvres.

1714 art ov 1366661741
Moulin du Chêne. Photo DR

Érigé sur un des points culminants de Gâtine, à plus de 240 m d’altitude, entre les villages de Vernoux en Gâtine et le Beugnon, cet édifi ce apparaît aujourd’hui comme le fantôme d’une époque révolue. Le promeneur non averti se questionnera sur cette espèce de tour, percée de part et d’autre par une porte surplombée de deux châssis. Ce même promeneur pourrait se dire qu’il s’agit d’un pigeonnier, mais les pigeonniers n’ont pas de fenêtre. Peut-être un phare qui aurait perdu sa lanterne, mais un phare en pleine campagne, loin de l’eau, que ferait-il là ! Un moulin, mais il n’a pas d’ailes. Un moulin peut-être, mais qui a perdu la tête. Peut-être que celle-ci s’est envolée avec ses ailes.
L’édifi ce reconnu, un regard sur le paysage environnant et cela devient évident, en ce lieu " ou qu’o buffe ", si les parcelles sont entourées de " palisses ", c’est pour mieux tenir la bonne terre sur laquelle pousse le blé, l’orge et le seigle. Tout ce grain, il fallait bien le moudre et pour cela, la nature domestiquée le faisait pour nous.
Les archives départementales et un fonds privé (Brillaud) nous renvoient à l’origine probable de sa construction à la fi n du XVIIème siècle. Les premiers noms de meuniers sont identifi és en 1742. Comment a-t-il perdu son toit pivotant et ses ailes, ce moulin à vent " dau châgne " (du chêne), estce seulement pour échapper à l’impôt ?
Mais si, de l’extérieur, sa masse effi lée de 6 m à sa base pour 5 m à son faîte, avec son enduit de chaux en partie détruit par les intempéries, laisse percevoir son corps, sa carcasse de pierre plate du granit environnant, une curiosité mérite la visite intérieure. Les énormes poutres en chêne entrecroisées pour supporter les meules qui ne sont plus là sont bien malades, mais nous permettent de ressentir le poids et les forces en action. Mais surtout, ce qui est à découvrir, ce sont les marches en granit qui forment l’escalier hélicoïdal. Chaque marche est constituée d’une pierre monolithique en granit, enchâssée dans la paroi et superposée à la suivante en étant décalée d’une largeur. Elles forment cet escalier comme une arête le ceinturant de niveau à niveau.

chene2

Meules en granit de l'escalier du Moulin du Chêne. Photo DR

Le corps du moulin est encore sain, mais certainement pour peu de temps si personne ne s’en préoccupe. Tout nous incite à sauver l’édifi ce situé sur la ligne de la crête qui sépare le bassin versant de la Sèvre Niortaise de celui de l’Autize via le Saumort, édifi ce à proximité des sources de la Sèvre nantaise et du Thouet et de l’ancienne voie romaine dite " le chemin des chaussées ", mais aussi la fonction : moudre du grain avec l’énergie du vent, sauver notre patrimoine, mais aussi faire perdurer des métiers artisanaux sur notre territoire et transmettre aux générations futures.
Le projet est porté par l’Association " Redouna daus ales à la Gâtine ". Le projet de réhabilitation du moulin à vent devrait s’étaler sur une période de trois ans par tranches distinctes.

chene3
Signature de la convention le 2 mars. Photo DR.


Ce projet fait l’objet d’une convention de souscription entre l’Association et la Fondation du Patrimoine afi n d’encourager le mécénat populaire et le mécénat d’entreprise en faveur de la sauvegarde du patrimoine de proximité. La signature de la convention a eu lieu le samedi 2 mars à Vernoux en Gâtine, en présence de Mme de La Roulière, déléguée départementale des Deux-Sèvres.

Fabienne Proust, Secrétaire de l’Association “Redouna daus ales à la Gâtine” - Paru dans Le monde des moulins N°45 - Juillet 2013

Voir la fiche du moulin >>