French Arabic Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Czech Danish Dutch English Finnish German Greek Hebrew Hungarian Italian Japanese Lithuanian Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Spanish Swedish Turkish Ukrainian

Lot-et-Garonne : Le Moulin à Vent de Beaugas, dit "le Moulin des trois moulins"

Ce moulin datant du XVIIe siècle, situé dans les coteaux au nord du Lot, en plein coeur du département, appartient à la famille de Claudette et Marius GOUIN depuis quatre générations. C’est un lieu très réputé et visité par un millier de visiteurs chaque mois de mai en raison de sa collection d’iris exceptionnelle. Il a fait l’actualité dans le monde des moulins du Lot-et-Garonne ces derniers mois, notamment avec une troisième rénovation des ailes en 30 ans.

beaugas1
Vue un jour de visite. Photo René Bilalt

Un peu d’histoire

à en croire la date qui figure sur le linteau de sa porte, le moulin à vent des trois moulins aurait été construit en 1752. Il figure dès la fin du XVIIe siècle sur la carte de Cassini et doit son nom à la présence de deux autres moulins, dans un rayon de 300 m, aujourd’hui disparus.
Un acte de 1886 nous renseigne sur les différents propriétaires de ce moulin anciennement possédé par un sieur LAFON de Cancon. Après la faillite de ce dernier, il est mis en vente au prix de 1600 francs. L’acte de vente précise que "le tout est en mauvais état". C’est le sieur Jean VINCENT, demeurant au Payral sur la commune de Beaugas, qui achète alors le moulin, pour la somme de 400 francs.
Le moulin sera ensuite la propriété de la famille RICHARD durant quatre générations de 1903 à nos jours. Fils de Pierre RICHARD, meunier sur la commune de Lauzun, Jean RICHARD exploite avec Marie TOURNAN le moulin de 1870 à 1910. Ils l’achètent en 1903. Ferdinand RICHARD (fils de Jean) achète la ferme de "Malvezy" et devient agriculteur : le moulin tombe en ruines. Fernand RICHARD (fils de Ferdinand) descend la meule à la ferme en 1942. Il remonte le mécanisme, entraîné par un moteur électrique, et continue à moudre jusqu’en 1960. Claudette RICHARD (fille de Fernand) et Marius GOUIN, son époux, commencent la restauration du Moulin des trois moulins en 1980.
Le moulin en ruines ne comportait plus qu’une tour qui sera restaurée en premier lieu.
En 1983, ils ont fait poser la charpente et la couverture en cèdre. Le choix retenu est une toiture fixe, avec les ailes adossées aux vents dominants d’ouest, sans système de mouture, l’original étant installé à la ferme de Malvezy depuis 1942. Les ailes sont équipées d’un entraînement par un moteur électrique et d’un frein à sangle. En l’absence de meules, le premier étage sera aménagé ensuite d’une chambre et de sanitaires pour en faire une chambre d’amis.

La collection d’iris

Claudette et Marius GOUIN décident de faire du site du moulin un cadre digne d’un moulin hollandais entouré de champs de tulipes.
Ici, ce sera une formidable collection d’iris qui sera implantée à partir de 1985 sur un espace de 5000 m2 autour du moulin. Cette exceptionnelle collection, composée d’iris de 300 couleurs différentes, en fait l’attraction  pour de nombreux visiteurs chaque mois de mai, mais aussi le plaisir des propriétaires, devenus des passionnés dans la culture des iris depuis l’arrêt de leur activité agricole en 2006.
Une statue de la vierge domine la colline des trois moulins, et c’est le lieu privilégié de la paroisse locale pour une messe annuelle, en plein air, le jeudi de l’Ascencion.

Trois restaurations des ailes en 30 ans

Les propriétaires ont connu quelques mésaventures avec les ailes du moulin. Il est vrai que cela reste le point fragile de ces édifices restaurés : rares sont les moulins réhabilités de nos jours qui ne connaissent pas de dégâts occasionnés par les tempêtes ou les méfaits du climat.
La première série d’ailes en 1983 comportait des vergues en lamellé-collé pour des raisons de résistance et de légèreté. Mais, finalement, leur point faible était une mauvaise résistance aux intempéries. En cours d’année 1999 les propriétaires durent les remplacer.
à cette période, l’Association des Amis des Moulins, récemment mise en place, conseille d’installer des ailes plus robustes, avec des vergues en chêne. Mais, à l’usage, ces nouvelles ailes furent trop lourdes pour l’arbre de couche de section trop faible (carré de 40 cm de côté).
En septembre 2013, la tête de l’arbre affaibli par les intempéries cèdera sous le poids des ailes, en pleine nuit heureusement car une présence humaine aurait pu être fatale.

beaugas2
La pose des ailes fin 2013. Photo René Billat

Les propriétaires partirent à la recherche d’une nouvelle solution. En premier lieu, l’association départementale propose la démarche de demande de subventions auprès du Service du Patrimoine du Conseil Général. Cette piste fut vite abandonnée pour des raisons de délais longs et d’un niveau d’exigence avec visite d’un architecte spécialisé sur le patrimoine.
La solution de réaliser des ailes métalliques fut rapidement la formule défendue par les propriétaires qui étaient à la recherche d’une réparation durable après deux échecs, et financièrement abordable.
Après plusieurs visites de moulins, de contacts auprès de conseillers des moulins de France, notamment des régions nordiques où le métal apparaît dans la tête de l’arbre voire même pour les vergues, les propriétaires ont retenu la solution restauration métallique. Avec l’appui d’un artisan local, de voisins et amis et une forte mobilisation des propriétaires, la réparation fut bouclée pour la fin décembre, un petit trimestre.
Même si les puristes diront que cette restauration ne respecte pas les matériaux du patrimoine ancien, c’est une vraie réussite sur le plan esthétique et pour la longévité recherchée par les propriétaires. Le moulin de Beaugas a retrouvé ses ailes animées sur ce champ d’iris pour le plus grand bonheur de Claudette et Marius GOUIN.

beaugas3

La jonction de l'arbre avec la nouvelle tête métallique. Photo René Billat.

beaugas4
L'arbre avec sa poulie d'entraînement et le frein. Photo René Billat

beaugas5
La nouvelle tête et l'assemblage des ailes. Photo René Billat

René BILLAT , Membre du C.A. de l’ADAM-LG
Claudette et Marius GOUIN
Article paru dans le Monde des Moulins - N°49 - juillet 2014

Voir la fiche du moulin >>